Quel rapport entre cette mathématique et la mathématique universitaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Quel rapport entre cette mathématique et la mathématique universitaire

Message par Admin le Jeu 21 Jan - 17:53

Au fur et à mesure que j'avance dans cette mathématique, je retrouve de véritables analogies possibles.

La base de cette mathématique se caractérise d'un espace totalement construit suivant une équation unique, bien que issue de deux équations différentes.  Équations liants,  l'une, chaque partie d'un plan horizontal défini mais non limité et,  l'autre, chaque partie d'un plan vertical défini et également non limité.

Le plan vertical, est celui de la transformation d'un objet mathématique, caractérisé d'une élévations possible en Puissances différentiables en conjonction d'une transformation possible en factorielle de la Puissance différentiable.

Le plan horizontal, est celui,  de l'objet mathématique, dans toutes ses variations différentiables.

Le terme "différentiable" ainsi que  le terme "transformation" sont à eux deux suffisants à caractériser un objet suivant deux états et une transition . Etats et Transition, sont caractérisant pour pouvoir introduire, la Géométrie Vectorielle des  mathématiques universitaires. En effet : "transition" est synonyme de déplacement et  "états de point extrêmes : soit un vecteur,  lequel est orientable suivant le sens de transformation. Or, suivant la géométrie vectorielle tout vecteur est coplanaire. La relation entre cette mathématique et la mathématique universitaire est établie suivant la Géométrie Vectorielle et la notion de vecteur dans le plan.

Suivant cette mathématique, existe une équation pour le plan vertical et une équation pour le plan horizontal , qui rassemblées en une seule  donnent un équation unique. Cela implique : deux vecteurs coplanaires liées à chacun des plans horizontal et vertical .

Pouvoir démontrer que le vecteur situé à l'intersection des plan sécants est coplanaire à chacun des vecteurs contenus dans les plans  horizontal et Vertical, c'est aussi démontrer que les trois  vecteurs sont inclus dans un seul plan ; soit : trois vecteurs coplanaires .

Admin
Admin

Messages : 505
Date d'inscription : 12/07/2014
Age : 73
Localisation : Albi

http://math-autrement.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel rapport entre cette mathématique et la mathématique universitaire

Message par Admin le Ven 22 Jan - 16:58

Me vient à l'esprit que  cet Espace complet, qu'est la Structure Tri-Orthogonale pour démontrer qu'elle se définit  dans un plan unique plan, suffit à démontrer que l’Équation unique qui en fait la construction est au moins la somme de trois vecteurs coplanaires.

Dans l'équation somme de deux dimensions plus une dimension constante , chacune des deux dimensions variables est assimilable à un vecteur dimension, soit deux vecteurs non  nuls  et la troisième dimensions constante , est assimilable à un vecteur nul.

Deux vecteurs coplanaires sont dans le plan, mais ici se trouve aussi,  un point , un vecteur nul.

Démontrer que le point vecteur nul de chaque plan est aussi point d'un unique vecteur passant par tous les plans définis par les deux vecteurs dimensions variables,  c'est aussi démontrer  que le dit vecteur des constants passant par tous les points de dimension constante est  lui même coplanaire à tous les autres vecteurs.

Cela revient démontrer que tous les points de dimension constante , sont colinéaires entre eux pour former un seul vecteur.

Or, la construction de cet espace est celui d'un même objet mathématique pouvant être élevé à une puissance.

Si cela est un même objet, ce ne peut être qu'un même vecteur défini dans ses variations d'où résulte  un k. (u)  vecteur  .

Or , si , K prend une valeur  plus grande que 0  ou plus petite que 0 , se trouve un changement de sens du vecteur.
Si K = 0 alors la résultante du vecteur est 0.

K devient toutes les transformations possibles par palier constant d'un objet mathématique  assimilable à une troisième dimension ,  les deux dimensions par chacun des paliers sont les combinaison possibles et groupées dans le plan.

L'ensemble est un plan unique.

Démontrer que suivant l’Équation unique , la dimension constante rapport au deux dimensions variables, est définissable, en tant que origine des vecteurs dimension au plan c'est démontrer deux  vecteurs dimensions  relatifs à une origine commune. Et en l’espèce différencier un espace relatif d'un espace général.

Or, et c'est tout l’intérêt de cette équation.  Elle n'a pu être déterminée à partir des deux équations différentes que par le fait que la simplification n'est possible, que suivant l'extraction d'une valeur constante.

Ce n'est pas démontrable c'est un résultat de calcul.


a .  x vecteur + b . y vecteur + c  =   x vecteur  + y vecteur  + c vecteur    = 0

le relatif  rapport c    ==>   a .  x vecteur + b . y vecteur + c   = 0

le relatif rapport au général  ==>   x vecteur  + y vecteur  + c vecteur  = 0

Deux équations différentes  qui se réduisent à un équation  il faut  et suffit  :   que les coefficients  a et b    compensent   c vecteur  dans sa transformation en vecteur nul coefficient  c.

Or, pour qu'un  point (c) soit colinéaire à deux vecteurs  a . x vecteur  et b .y vecteur,  il faut et suffit que  que c. vecteur nul ,  soit compris dans a .x vecteur et compris dans b .y  vecteur .  Soit  c vecteur nul  est la plus petite partie de a . x vecteur et de b. y  vecteur ; dès lors c  colinéaire à a. x vecteur  et b. y vecteur devient le point d'origine des vecteurs


Le relatif et le général fait la démonstration du relatif  en un point particulier de cet espace . L'un ne peut être sans l'autre.

S'en suit qu'un espace sans constante est celui de la généralité alors que l'espace ayant une constante est une espace relatif.

Serait il étonnant qu'en Physique le scientifique extrait des constantes ?


Jean Claude Lelong-Bonnaric copyright  Vendredi 22 janvier 2016 ©

Admin
Admin

Messages : 505
Date d'inscription : 12/07/2014
Age : 73
Localisation : Albi

http://math-autrement.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel rapport entre cette mathématique et la mathématique universitaire

Message par Admin le Sam 23 Jan - 16:32


Le relatif et le général fait la démonstration du relatif  en un point particulier de cet espace . L'un ne peut être sans l'autre.

S'en suit qu'un espace sans constante est celui de la généralité alors que l'espace ayant une constante est une espace relatif.

Travaillant à une explication sur l’intérêt que pourrait avoir la science à utiliser cette mathématique rapport à la Géométrie Vectorielle et cherchant à démontrer que le temps n'est que sur le relatif, c'est ce que rapporte cette mathématique.
S'en déduit cela :  rapport à l'équation finale de construction de cet espace ,  la notion de temps est partie intégrante de l'espace. Comment cela peut être : il suffit de trouver qu'un vecteur résultant , est la somme de deux vecteurs ayant pour multiplicateur (à la fois i et i +1), que l'on peut alors considérer  ce multiplicateur comme un incrémental  lié au temps . La raison essentielle à cela . comme un vecteur est une transition entre deux états stables , (i x valeur ) et (i + 1 x un autre valeur dans le rapport ) sont les extrêmes du vecteur de transformation   i   et  i+1   sont facteur des extrêmes    ; donc un si un vecteur est décomposable (sans reste) par partie d'une valeur qui s'incrémente et bien ce vecteur contient par lui même la notion de temps horloger. Et cela ne peut être que l'espace-temps  puisque  cela reviendrait à avoir le factoriel de parties incrémentées en conjonction d'un vecteur dans le même rapport . Soit une somme de variation de vecteurs, prenant compte, leurs extrémités . En effet, en éliminant toutes les extrémités intermédiaires  des parties de vecteurs,  le vecteur résultant  inclus dans sa valeur  tous les factoriels intermédiaires . Or par rapport à un origine,  un extrême 0 et l'autre extrême  a , la résultante du vecteur  devient  a. u vecteur , a est le multiplicateur qui contient le temps depuis l'origine.

Or , si il y avait une origine différente de 0 , cela reviendrait avoir l'origine à partir d'un vecteur initial. Ce vecteur serait alors nul appliqué d'un coefficient qui prendrait le nom et terme de constant

De lors ce constant peut être vu : soit comme le constant au plan

Admin
Admin

Messages : 505
Date d'inscription : 12/07/2014
Age : 73
Localisation : Albi

http://math-autrement.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel rapport entre cette mathématique et la mathématique universitaire

Message par Admin le Jeu 28 Jan - 13:01

http://www.mathematik.uni-muenchen.de/~bohmmech/BohmHome/files/2007_bricmont-mq1new.pdf

Cela m'inspire une réflexion qui me parait d'une importance capitale avec un quelconque espace mathématique déterministe ?

pour qu'une valeur d'un espace mathématique soit une valeur unique et non transposable à une autre partie de l'espace lui même , il faut que : la valeur identifiée, identifiable ou à identifier soient fonction de sa position dans cet espace . Ainsi, une même valeur quelle qu'elle serait, en chaque point de cet espace ne peut être que différente en tous points et tous lieux .


Cet espace ne peut être que déterministe puisque la valeur est fonction d'un lieu déterminé.

Admin
Admin

Messages : 505
Date d'inscription : 12/07/2014
Age : 73
Localisation : Albi

http://math-autrement.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel rapport entre cette mathématique et la mathématique universitaire

Message par Admin le Ven 29 Jan - 15:42

Je pense avoir compris la différence entre le temps horloger  , temps variable,   et le temps constant du continuum des lors que ce retrouve un espace.
Une transformation est un vecteur entre deux états stable  le vecteur se définit par deux extrémités. Mais le vecteur c'est aussi une valeur.  les deux états stables forment le synchronisme entre  t1 et t2 par exemple  début et fin de vecteur de la transformation  X.

Or, cette transformation X  est seulement celle entre t1 et t2 , mais dans le continuum,  cette transformation possède  toutes les valeurs possibles que peut prendre un objet initial ?  Or là dans le continuum , le temps est invariant, sauf que il a une origine qui n'est pas 0 puisque il est celui de la transformation entre t1 et t2

Dont un objet sur le plan vertical  contient un vecteur temps celui entre t1 et t2  et sur le plan horizontal ce vecteur temps devient une origine secondaire à l'origine initiale . puisque le vecteur  t1  t2 , devient     v0 que multiplie n 

L'espace relatif à la structure Tri-Orthogonale :  sur le plan vertical, toutes les Puissances d'un objet /  factoriel  ( 1 2 3 4 ..) des transformations dudit objet  ( soit l'objet au temps (t)  le temps (t) étant différent  ( 1 2 3 4 ..). c'est la notion  objet/temps ). Sur le plan horizontal , le même objet dans toutes ses variantes et ses transformations en tous instant de l'infini parcellé. C'est à dire le continuum.  le temps disparait au profit d'une constante.

Or, dans le continuum  , cette constante a une double origine ,  1 -  celle de la variante de l'objet , 2 -  celle de sa transformation  entre t (n-1) et t (n)  de laquelle sera définie la transformation,  en factorielle de sa puissance.


Dans cet espace le temps se transforme en constante


Cela pourrait être assimilable à une variable caché de tous systèmes utilisant le continuum et l'infini dans ses paramètres. En effet, en admettant  le continuum et l'infini . Le choix   d'un point , crée une origine.  mais cette origine dépend indéniablement  d'un arrêt sur le  continu .  Qui en tout premier lieu est la conséquence d'une intention pour obtenir une information. D’où deux origines deux causes différentes :  1- celle de l'objet dans le continu    2 - celle de la cause pour laquelle est obtenue l'information. Or,  la cause pour laquelle est d'abord demandé une information , implique une connaissance qu'il existe d'autres informations qui sont autant d'origines sans lien avec un temps défini.

Admin
Admin

Messages : 505
Date d'inscription : 12/07/2014
Age : 73
Localisation : Albi

http://math-autrement.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel rapport entre cette mathématique et la mathématique universitaire

Message par Admin le Ven 29 Jan - 23:37

Je pense qu'il devient possible de transformer la notion de temps et espace /temps  en combinaisons de Combinatoires

Ce me semble logique car le temps c'est une notion de fini  et le combinatoire c'est le fini  duquel pourrait être extrait  la notion de probabilité

Admin
Admin

Messages : 505
Date d'inscription : 12/07/2014
Age : 73
Localisation : Albi

http://math-autrement.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel rapport entre cette mathématique et la mathématique universitaire

Message par Admin le Dim 31 Jan - 12:26

sur le forum
http://forums.futura-sciences.com/commentez-actus-dossiers-definitions/88490-stephen-hawking-nouvelle-theorie-comprendre-lunivers-a-reculons-2.html

J'ai posé quelques interrogations, suite à la mise en cause du terme  complète au sujet de la théories mécanique quantique qualifiée de complète. Voulant poser une interrogation ,  j'ai visualisé à mon esprit :
le fini , l'infini   de la théorie du Fini Expansif avec laquelle je cherche les analogies. Quand  voulant exprimer que ce retrouve liée  dans la théorie du Fini Expansif (sans devoir la nommer ), une onde  par alternance de  signe. Met venu un image très nette de recomposition  celle d'une onde  non plus diagonale , mais exactement centrée si  au lieu de prendre une seules des quadratures, sont prise les 4 possibilités de variation.  ce qui donne la forme d'un carré , et l'image d'une onde + - + -  ayant un centre .

Ce qui attribue  à l'espace de cet objet mathématique  : le fini , l'infini , inclus d'une forme de vague concentrique par le jeu des signes ( effet d'inversion) .

Ce qui est cause à cela : les possibilités de variations des signes dans l'équation générale.

Admin
Admin

Messages : 505
Date d'inscription : 12/07/2014
Age : 73
Localisation : Albi

http://math-autrement.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel rapport entre cette mathématique et la mathématique universitaire

Message par Admin le Lun 1 Fév - 10:47

Chercher à répondre sur un autre forum , oblige à une réflexion et une recherche de mots approprié.
L'intuition m'est venu , de trouver dans ce plan : le fini , l'infini , inclus d'une forme de vague concentrique par le jeu des signes ( effet d'inversion) qui dans sa finalité est : un espace indifféremment tri et bi dimensionnel , la troisième dimension étant alors transposée en valeurs constantes aux parties de plan.

Cet espace peut être défini Unité. la cause à cela, il est morcelable en deux partie dont l'une , est la reproduction exacte de l’unité appliquée d'un coefficient d’inflation, et l'autre son complément naturel.

Or , les deux espaces ont la même topologie.

Admin
Admin

Messages : 505
Date d'inscription : 12/07/2014
Age : 73
Localisation : Albi

http://math-autrement.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel rapport entre cette mathématique et la mathématique universitaire

Message par Admin le Lun 1 Fév - 17:49

http://forums.futura-sciences.com/commentez-actus-dossiers-definitions/88490-stephen-hawking-nouvelle-theorie-comprendre-lunivers-a-reculons-3.html#post5485143
@0JPL
oui ! un diviseur non linéaire.

Et je remercie le forum de m'avoir poussé à en rechercher le nom exact exprimé dans des termes simples et compréhensibles par tous .
Bien à vous

Pour mémoire du terme employé

Admin
Admin

Messages : 505
Date d'inscription : 12/07/2014
Age : 73
Localisation : Albi

http://math-autrement.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel rapport entre cette mathématique et la mathématique universitaire

Message par Admin le Ven 5 Fév - 13:24

http://forums.futura-sciences.com/physique/726408-intrication-quantique.html#bottom

Je lis:
http://www.futura-sciences.com/magaz...uantique-4814/

En particulier, si le système était un animal quantique pouvant être soit sous la forme d'une baleine quantique soit sous la forme d'un dauphin quantique, dans le sens où il serait deux états d'énergies d'un même système physique, mammifère aquatique quantique par ex, l'équation de Schrödinger s'appliquerait !

Ma question , cette citation, est-elle juste et justifiée . Car elle est loin d'être anodine, elle ferait un lien avec une pensée différente de la mathématique.

Je vais donc poser mon observation , qui vous paraitra peut être saugrenue mais qui est quand même pour la physique, un pavé dans marre dés lors que c'est une question qui ouvre sur un cas que les physiciens ne se sont pas posé et qui à mon esprit " tordu " est de première évidence. ( j'entends par tordu le qualificatif que l'on me donne pour aller toujours chercher la petite bête là où elle ne serait pas. Et que personnellement je nomme analyse de synthèse).

J'ai passé deux jours à visionner plusieurs fois les conférences sur le sujet , entre autres , celle de Monsieur Alan ASPECT, conférence au demeurant très explicite, j'ai écarté les conférences trop technique je pense qu'il y a un niveau minimum pour pouvoir absorber les discussion de ces niveaux notamment la construction des outils de mesures quantiques.

Quelle est cette observation qui m'intrigue et que je n'ai pas vu relevé en tant que cas possible ?

Je reprend l’énonce . "En particulier, si le système était un animal quantique pouvant être soit sous la forme d'une baleine quantique soit sous la forme d'un dauphin quantique, dans le sens où il serait deux états d'énergies d'un même système physique, mammifère aquatique quantique par ex, l'équation de Schrödinger s'appliquerait !"

C'est Candide qui fait la remarque : le Système a pour base " mammifère aquatique quantique" , la forme d'une baleine quantique avec la forme d'un dauphin quantique . La corrélation est rapport au mammifère aquatique quantique. Selon l'équation de Schrödinger. Et là le système serait supposé complet .

Certes cela forme une liaison , baleine quantique mammifère aquatique dauphin quantique parfaite au raisonnement quantique tel que perçu dans les sujets des conférences.

Mais c'est oublier que puisque il y a corrélation entre baleine quantique et dauphin quantique à travers mammifères aquatiques. Il y a un cas possible de réduction de corrélation en éliminant mammifère aquatique , dans une liaison réciproque Baleine quantique et Dauphin quantique .

Quel est ce cas : celui de la transformation de Baleine quantique en Dauphin quantique et vice versa celui de la transformation de Dauphin quantique en Baleine quantique. Je ne sais comment le physicien nommerait cela . Mais à mon sens , c'est une transformation réciproque de l'un en l'autre .

Cela ne change rien au système quantique toujours la même incertitude
Cela ne change rien au chat mort et vivant de l'équation de Schrödinger
Cela ne change rien à la corrélation telle que vue dans les sujet des conférences
Cela ne change rien à l'intrication telle que vue dans les sujet des conférences

Ce que cela change : les transformations, sont deux symétries . La charte du forum m'interdit d'aller plus loin .

Je vois de suite , ce qui peut être argument opposable ! Comment déterminer la transformation d'une Baleine et Dauphin ? . Si il y a au moins une corrélation possible , le calcul est possible , la baleine est dans le fini , le Dauphin est dans le fini. Après , c'est le physicien qui voit .

L'opérateur Arithmétique " Diviseur non linéaire " n'est pas "outil mathématique" usuel mais au niveau des corrélations, il parait avoir sa sa place dans la résolution quantique.

Ayant observé les schémas présentés par Alain ASPECT au cours de ses conférences et écouté ses explications cela m'a immédiatement interrogé sur le cas exposé ci dessus . Et la nuit passé dessus, je trouve qu'il est parfaitement adapté à Onde et ou Corpuscule dans le sens ou corpuscule est pris pour onde de particules .

J'ai souhaité reporter la copie du texte expurgée des parties relatives à l'émotionnel. Et exprimer ici mon désir d'en préserver la paternité .




Jean-Claude LELONG-BONNARIC copyright  Vendredi 05 février 2016 14 H 24  ©

Admin
Admin

Messages : 505
Date d'inscription : 12/07/2014
Age : 73
Localisation : Albi

http://math-autrement.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel rapport entre cette mathématique et la mathématique universitaire

Message par Admin le Ven 5 Fév - 14:29

Je n'ai jamais d'autres prétentions que celle d'un analyste.

Hier, par obligation de vérifier la cohérence de mes écrits , J'ai lu , juste pour information et relation, les cours sur la corrélation. Et cela m'a interrogé , rapport la structure tri-Orthogonale , structure pour laquelle je prétends , qu'elle est l'abaque résultante d'un opérateur arithmétique dernièrement désigné : diviseur non linéaire ".  Cela sous entends que l'opérateur arithmétique est actif sur lui même et en cela , dans un espace en deux états  produit ou crée de nouvelles sub divisions non linéaires. ( Étant évidant que tout ceci est contrôlé).

La lecture sur la définition de l'outil de la résolution sur les corrélations vu par la mathématique classique, me permet à présent d'exprimer clairement l'utilisation de l'abaque en correspondance de la structure Tri-Orthogonale .

En effet, la structure Tri-Orthogonale est un espace unitaire de compositions parfaites qui dans mon vocabulaire est un espace immuable , l'Espace Unité.

Si à cet espace , est superposé un espace de même paramètres dimensionnels   soit directement ou par une transformation toujours définie . Les deux espaces  nécessairement auront des points de corrélation égal  1, quelque soit le degré des courbes contenu dans l'espace.

Cela veux dire , que pour ces point là,  qui à mon sens sont des points de Coïncidences Parfaites ;  l’Équation qui construit tous les points de la structure Tri-Orthogonale et en cela, chacun solution de l’Espace Unité , est aussi solution de l'autre espace qui lui est   superposé .

Ce qui sous tend à dire , que  les solutions des deux espaces superposés ont la même équation .

La résolution des équations passe par l'égalisation des fonctions qui sont à l'origine des deux espaces, dont il est certain que l’équation de la structure tri-Orthogonale construit aussi celle des points du plan dont les coordonnées sont des inconnues.

 cette Coïncidence Parfaite , ne pourrait elle pas être une analogie de  décohérence quantique .


Jean-Claude LELONG-BONNARIC copyright  Vendredi 05 février 2016 15 H 29  ©

Admin
Admin

Messages : 505
Date d'inscription : 12/07/2014
Age : 73
Localisation : Albi

http://math-autrement.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel rapport entre cette mathématique et la mathématique universitaire

Message par Admin le Ven 5 Fév - 15:04

http://forums.futura-sciences.com/physique/726408-intrication-quantique.html#bottom

Je lis:
http://www.futura-sciences.com/magaz...uantique-4814/

En particulier, si le système était un animal quantique pouvant être soit sous la forme d'une baleine quantique soit sous la forme d'un dauphin quantique, dans le sens où il serait deux états d'énergies d'un même système physique, mammifère aquatique quantique par ex, l'équation de Schrödinger s'appliquerait !

Ma question , cette citation, est-elle juste et justifiée . Car elle est loin d'être anodine, elle ferait un lien avec une pensée différente de la mathématique.

Je vais donc poser mon observation , qui vous paraitra peut être saugrenue mais qui est quand même pour la physique, un pavé dans marre dés lors que c'est une question qui ouvre sur un cas que les physiciens ne se sont pas posé et qui à mon esprit " tordu " est de première évidence. ( j'entends par tordu le qualificatif que l'on me donne pour aller toujours chercher la petite bête là où elle ne serait pas. Et que personnellement je nomme analyse de synthèse).

J'ai passé deux jours à visionner plusieurs fois les conférences sur le sujet , entre autres , celle de Monsieur Alan ASPECT, conférence au demeurant très explicite, j'ai écarté les conférences trop technique je pense qu'il y a un niveau minimum pour pouvoir absorber les discussion de ces niveaux notamment la construction des outils de mesures quantiques.

Quelle est cette observation qui m'intrigue et que je n'ai pas vu relevé en tant que cas possible ?

Je reprend l’énonce . "En particulier, si le système était un animal quantique pouvant être soit sous la forme d'une baleine quantique soit sous la forme d'un dauphin quantique, dans le sens où il serait deux états d'énergies d'un même système physique, mammifère aquatique quantique par ex, l'équation de Schrödinger s'appliquerait !"

C'est Candide qui fait la remarque : le Système a pour base " mammifère aquatique quantique" , la forme d'une baleine quantique avec la forme d'un dauphin quantique . La corrélation est rapport au mammifère aquatique quantique. Selon l'équation de Schrödinger. Et là le système serait supposé complet .

Certes cela forme une liaison , baleine quantique mammifère aquatique dauphin quantique parfaite au raisonnement quantique tel que perçu dans les sujets des conférences.

Mais c'est oublier que puisque il y a corrélation entre baleine quantique et dauphin quantique à travers mammifères aquatiques. Il y a un cas possible de réduction de corrélation en éliminant mammifère aquatique , dans une liaison réciproque Baleine quantique et Dauphin quantique .

Quel est ce cas : celui de la transformation de Baleine quantique en Dauphin quantique et vice versa celui de la transformation de Dauphin quantique en Baleine quantique. Je ne sais comment le physicien nommerait cela . Mais à mon sens , c'est une transformation réciproque de l'un en l'autre .

Cela ne change rien au système quantique toujours la même incertitude
Cela ne change rien au chat mort et vivant de l'équation de Schrödinger
Cela ne change rien à la corrélation telle que vue dans les sujet des conférences
Cela ne change rien à l'intrication telle que vue dans les sujet des conférences

Ce que cela change : les transformations, sont deux symétries . La charte du forum m'interdit d'aller plus loin .

Je vois de suite , ce qui peut être argument opposable ! Comment déterminer la transformation d'une Baleine et Dauphin ? . Si il y a au moins une corrélation possible , le calcul est possible , la baleine est dans le fini , le Dauphin est dans le fini. Après , c'est le physicien qui voit .

L'opérateur Arithmétique " Diviseur non linéaire " n'est pas "outil mathématique" usuel mais au niveau des corrélations, il parait avoir sa sa place dans la résolution quantique.

Ayant observé les schémas présentés par Alain ASPECT au cours de ses conférences et écouté ses explications cela m'a immédiatement interrogé sur le cas exposé ci dessus . Et la nuit passé dessus, je trouve qu'il est parfaitement adapté à Onde et ou Corpuscule dans le sens ou corpuscule est pris pour onde de particules .

J'ai souhaité reporter la copie du texte expurgée des parties relatives à l'émotionnel. Et exprimer ici mon désir d'en préserver la paternité .




Jean-Claude LELONG-BONNARIC copyright  Vendredi 05 février 2016 14 H 24  ©

Admin
Admin

Messages : 505
Date d'inscription : 12/07/2014
Age : 73
Localisation : Albi

http://math-autrement.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel rapport entre cette mathématique et la mathématique universitaire

Message par Admin le Ven 5 Fév - 15:05

http://forums.futura-sciences.com/physique/726408-intrication-quantique.html#bottom

Je lis:
http://www.futura-sciences.com/magaz...uantique-4814/

En particulier, si le système était un animal quantique pouvant être soit sous la forme d'une baleine quantique soit sous la forme d'un dauphin quantique, dans le sens où il serait deux états d'énergies d'un même système physique, mammifère aquatique quantique par ex, l'équation de Schrödinger s'appliquerait !

Ma question , cette citation, est-elle juste et justifiée . Car elle est loin d'être anodine, elle ferait un lien avec une pensée différente de la mathématique.

Je vais donc poser mon observation , qui vous paraitra peut être saugrenue mais qui est quand même pour la physique, un pavé dans marre dés lors que c'est une question qui ouvre sur un cas que les physiciens ne se sont pas posé et qui à mon esprit " tordu " est de première évidence. ( j'entends par tordu le qualificatif que l'on me donne pour aller toujours chercher la petite bête là où elle ne serait pas. Et que personnellement je nomme analyse de synthèse).

J'ai passé deux jours à visionner plusieurs fois les conférences sur le sujet , entre autres , celle de Monsieur Alan ASPECT, conférence au demeurant très explicite, j'ai écarté les conférences trop technique je pense qu'il y a un niveau minimum pour pouvoir absorber les discussion de ces niveaux notamment la construction des outils de mesures quantiques.

Quelle est cette observation qui m'intrigue et que je n'ai pas vu relevé en tant que cas possible ?

Je reprend l’énonce . "En particulier, si le système était un animal quantique pouvant être soit sous la forme d'une baleine quantique soit sous la forme d'un dauphin quantique, dans le sens où il serait deux états d'énergies d'un même système physique, mammifère aquatique quantique par ex, l'équation de Schrödinger s'appliquerait !"

C'est Candide qui fait la remarque : le Système a pour base " mammifère aquatique quantique" , la forme d'une baleine quantique avec la forme d'un dauphin quantique . La corrélation est rapport au mammifère aquatique quantique. Selon l'équation de Schrödinger. Et là le système serait supposé complet .

Certes cela forme une liaison , baleine quantique mammifère aquatique dauphin quantique parfaite au raisonnement quantique tel que perçu dans les sujets des conférences.

Mais c'est oublier que puisque il y a corrélation entre baleine quantique et dauphin quantique à travers mammifères aquatiques. Il y a un cas possible de réduction de corrélation en éliminant mammifère aquatique , dans une liaison réciproque Baleine quantique et Dauphin quantique .

Quel est ce cas : celui de la transformation de Baleine quantique en Dauphin quantique et vice versa celui de la transformation de Dauphin quantique en Baleine quantique. Je ne sais comment le physicien nommerait cela . Mais à mon sens , c'est une transformation réciproque de l'un en l'autre .

Cela ne change rien au système quantique toujours la même incertitude
Cela ne change rien au chat mort et vivant de l'équation de Schrödinger
Cela ne change rien à la corrélation telle que vue dans les sujet des conférences
Cela ne change rien à l'intrication telle que vue dans les sujet des conférences

Ce que cela change : les transformations, sont deux symétries . La charte du forum m'interdit d'aller plus loin .

Je vois de suite , ce qui peut être argument opposable ! Comment déterminer la transformation d'une Baleine et Dauphin ? . Si il y a au moins une corrélation possible , le calcul est possible , la baleine est dans le fini , le Dauphin est dans le fini. Après , c'est le physicien qui voit .

L'opérateur Arithmétique " Diviseur non linéaire " n'est pas "outil mathématique" usuel mais au niveau des corrélations, il parait avoir sa sa place dans la résolution quantique.

Ayant observé les schémas présentés par Alain ASPECT au cours de ses conférences et écouté ses explications cela m'a immédiatement interrogé sur le cas exposé ci dessus . Et la nuit passé dessus, je trouve qu'il est parfaitement adapté à Onde et ou Corpuscule dans le sens ou corpuscule est pris pour onde de particules .

J'ai souhaité reporter la copie du texte expurgée des parties relatives à l'émotionnel. Et exprimer ici mon désir d'en préserver la paternité .




Jean-Claude LELONG-BONNARIC copyright  Vendredi 05 février 2016 14 H 24  ©

Admin
Admin

Messages : 505
Date d'inscription : 12/07/2014
Age : 73
Localisation : Albi

http://math-autrement.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel rapport entre cette mathématique et la mathématique universitaire

Message par Admin le Ven 5 Fév - 16:34

Il est devenu temps de présenter la méthode de résolution d’équations de degré (n) quelles soient ou non Polynomiales, cela importe peu.

En effet, la Structure Tri-Orthogonale est par elle construite suivant deux équations différentes , que des paramètres communs, réduisent a une simplification en une équation unique. De laquelle  est crée l’ensemble de tous les points qui sont de coordonnées uniques.

De toutes équations de degré (n) se construisent tous les points d'un espace qui sont solution de la dite équation.  Il y a Corrélation entre les deux espaces, et Coïncidence en tous points solutions de l’équation.

Or, tous les points de l'espace Unité  défini par la construction de la structure Tri-Orthogonale sont de coordonnées connues . S'en suit que toutes Corrélations et Coïncidences  = 1,   sont des intersections,  qui ont deux équations pour origine. Égaliser les points de Corrélation et Coïncidence revient à avoir un polynôme de solutions aux coordonnées identifiés.

Cela peut être identifié de manière analogique à une sorte de Décohérence Quantique.

A la question Polynomial ou Non Polynomial avec cette mathématique cela importe peu.


La démontrable  de la conjecture PNP passe par un espace de référence commun à tout ce qui est Polynomial et Non Polynomial  il faut et suffit que les limites de cet espace soient définies telles que les limites inscrivent l'équation Polynomial et/ ou non Polynomiale en son entier.


Il faut retenir de cela, qu'il devient possible de comparer et même de faire varier des espaces de (n) dimensions

 C'est un autre mathématique débutée au collège.


Jean-Claude LELONG-BONNARIC copyright  Vendredi 05 février 2016 17 H 34  ©


Je ne remercierai jamais assez mes Professeurs de Mathématiques Monsieur Goupil et Monsieur Dupuy de Goanne qui ont développés chez moi le gout des Sciences. Et pour ce dernier, la confiance aveugle dans la puissance d'analyse qu'il avait découvert dans un élève peu studieux pour  toutes les autres matières.
Un clin d’œil amusé, à ces amies et amis de jeunesse prophétisant , un jour tu reviendras aux études.




Admin
Admin

Messages : 505
Date d'inscription : 12/07/2014
Age : 73
Localisation : Albi

http://math-autrement.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel rapport entre cette mathématique et la mathématique universitaire

Message par Admin le Sam 6 Fév - 22:23

Il est intéressant de remarquer, la pensé mathématique boucle sur un effet  qui est un moyen de résolution de systèmes   Polynomial ou bien  Non Polynomial  qui sont des dénominations relatives à des définitions de modèles d'équations paramétrées.

Il devient possible d'architecturer un ensemble de liens de cause à effet , représentatif d'un déterminisme démonstratif . Cela suivant une logique déductive sur la base d'une Axiomatisation auto simplifié .

Sur le plan sémantique il est important de prendre et conserver la même définition donnée aux mots par la mathématique universitaire. Seul cas non contestable à toutes comparaisons. 

Le mot et terme utilisé en dernier, est celui de  "Résolution d'équations " et de manière régressive : Surfaces ou Courbes ,  Espace ou Plans , Corrélation ou Concordance,

Admin
Admin

Messages : 505
Date d'inscription : 12/07/2014
Age : 73
Localisation : Albi

http://math-autrement.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel rapport entre cette mathématique et la mathématique universitaire

Message par Admin le Jeu 11 Fév - 11:12

Ceci est le texte mis sur le forum

http://forums.futura-sciences.com/mathematiques-superieur/727195-a-lu-elements-deuclide.html#post5495872

J'ai lu avec la plus grande attention le site sur lequel est le renvoi : https://fr.wikipedia.org/wiki/Axiomes_de_Hilbert

A la partie :Géométries non euclidiennes , est énoncé

Mais lorsque Hilbert axiomatise la géométrie euclidienne, on sait déjà qu'il y a des géométries qui ne respectent pas le 5e postulat. Dans son programme d'Erlangen, Felix Klein ordonne les différentes géométries : les espaces de Nikolaï Lobatchevski et Bernhard Riemann ne vérifient pas le 5e postulat.

D'autres cas sont connus : Klein a construit un espace, celui de la figure qui respecte le cinquième postulat, mais qui n'est pas orientable. Dire qu'un espace est « orientable » signifie que la droite et la gauche existent. Dans un espace euclidien, une main droite et une main gauche ne sont jamais superposables, il est impossible de les faire coïncider sans utiliser une symétrie, c’est-à-dire une transformation équivalente à celle d'un miroir. La figure du paragraphe montre que cet état de fait n'est pas vrai dans toutes les géométries. Ainsi, la règle de la figure, jaune sous le plan et rouge au-dessus, par un mouvement continu devient rouge sous le plan et jaune au-dessus. Ce qui est impossible dans un plan euclidien.

il y a des scientifiques et des Mathématiciens qui ont fait de recherche dans le cadre ou le postulat du 5 élément d'Euclide serait un théorème. Certes il est sur et quasi certain que cela apporte une autre géométrie , suffit à observer la figure animée relative à la géometrie non euclidienne, et imaginer celle ci décrivant un plan euclidien pour comprendre que c'est la géometrie de mouvement .

Ma question est la suivante, une telle géometrie changerait elle la perception que l'on a de la mathématique ?

Cette question n'est pas totalement anodine , puisque , à la lecture du texte , la géometrie du double replis du plan n'est pas moins que la Géométrie suivant le 5 élément d'Euclide. En Effet :
le plan est euclidien , il est orientable, par suite des symétries.

Le titre ,définitif de la recherche fondamentale ,

                               

      V  élément d'Euclide  
                                                                 Géométrie  &  Mathématique  


Jean-Claude LELONG-BONNARIC copyright  Jeudi 11 février 2016 12 H 10  ©

Admin
Admin

Messages : 505
Date d'inscription : 12/07/2014
Age : 73
Localisation : Albi

http://math-autrement.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel rapport entre cette mathématique et la mathématique universitaire

Message par Admin le Lun 15 Fév - 18:29

Je vais faire de cela un jeu ( qui me sert de pense bête )  qui finira bien par interroger un Mathématicien digne de ce nom !!


https://fr.wikipedia.org/wiki/Nombre_de_Stirling#Nombre_de_Stirling_de_seconde_esp.C3.A8ce

Cette mathématique explique cela dans une autre équation . Les  Nombres de Stirling

ne représentent  1/ infini  de ce que représente la structure Tri Orthogonale ou l'espace euclidien , au choix   .

Admin
Admin

Messages : 505
Date d'inscription : 12/07/2014
Age : 73
Localisation : Albi

http://math-autrement.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel rapport entre cette mathématique et la mathématique universitaire

Message par Admin le Lun 15 Fév - 20:13

https://fr.wikipedia.org/wiki/Calcul_ombral

Cette mathématique explique  la forme linéaire  sur les polynômes

https://fr.wikipedia.org/wiki/Suite_de_polyn%C3%B4mes

Monômes
Factorielles croissantes
Factorielles décroissantes
Polynômes d'Abel
Polynômes de Bell
Polynômes de Bernoulli
Polynômes de Tchebychev
Polynômes de Fibonacci
Polynômes de Jacobi
Polynômes de Gegenbauer
Polynômes d'Hermite
Polynômes de Legendre
Polynômes de Laguerre
Polynômes de diffusion
Polynômes de Touchard
Classes de suites de polynômes[modifier | modifier le code]
Suites de polynômes de type binômial
Polynômes orthogonaux
Suite de Sheffer
Polynômes d'Appell généralisés

Dont elle calcule les dérivées sur les puissances  mais aussi les variables

Admin
Admin

Messages : 505
Date d'inscription : 12/07/2014
Age : 73
Localisation : Albi

http://math-autrement.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel rapport entre cette mathématique et la mathématique universitaire

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum